Nos engagements
environnementaux

Qualité de l’eau

Le territoire du SIAH est défini par les deux bassins versants des cours d’eau du Croult et du Petit Rosne. Ce secteur est situé au sud-est du Val d’Oise sur une superficie de 20.000 hectares.
Ces deux cours d’eau représentent un linéaire d’environ 54 km. Le Petit Rosne est le plus important affluent du Croult, il prend sa source à Bouffémont et rejoint le Croult au niveau de la commune d’Arnouville. Le Petit Rosne possède 9 affluents et le Croult possède 3 affluents.

La connaissance de la qualité des eaux de nos rivières s’appuie sur des mesures effectuées sur des sites représentatifs par temps sec (au minimum 2 jours de temps sec). 

Vue sur le Croult

En 2017, le suivi a été réalisé sur 20 points, 12 sur le bassin versant du Petit Rosne et 8 sur le bassin versant du Croult. En ce qui concerne le bassin versant du Croult, la qualité physico-chimique des eaux apparait fortement altérée sur l’ensemble des stations suivies. Ainsi en 2017, 2 stations de mesure présentent une qualité physico-chimique médiocre et 4 présentent une qualité jugée mauvaise au regard de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE).

Le ru de la Michellette à Villeron, station pourtant située le plus en amont du bassin, subit des pressions d’origine anthropique renforcées par les très faibles débits d’étiages observés lors de la période estivale. Néanmoins, ce petit cours d’eau semble détenir un potentiel d’amélioration puisque 50% des campagnes réalisées en 2017 sont considérées comme bonnes au regard de la DCE.
Plus à l’ouest, au niveau de Louvres, le ru du Rhin semble également posséder un bon potentiel d’atteinte de la bonne qualité physico-chimique puisque que seule la campagne d’avril 2017 obtient une qualité médiocre. De plus, les données antérieures concernant ce petit cours d’eau indiquent une tendance vers une amélioration de la qualité physicochimique depuis 2014.
Dans la partie amont du bassin versant du Croult, le ru du Fossé Gallais à Fontenay-en-Parisis subit des pressions anthropiques fortes et continues qui, associées au calibrage actuel du ru, rendent illusoire toute amélioration de la qualité physico-chimique de l’eau sans une approche globale et cohérente de l’assainissement et de la morphologie du ru, tel que l’envisage le SIAH.

Les analyses des prélèvements portent sur les éléments suivants :

  • Sur chaque site, ont été analysés différents paramètres (nitrates, phosphore, matières organiques…) permettant d’apprécier l’état physico-chimique des cours d’eau et le niveau de ses altérations à l’aide de grilles d’évaluation homogènes sur le territoire national (SEQ EAU et DCE).
Ces analyses physico-chimiques, qui renseignent ponctuellement sur la qualité de l’eau, ont été réalisées en mars, juillet et octobre 2012 et janvier 2013.
  • La recherche des 41 substances classées dangereuses et prioritaires de la Directive Cadre Européenne (DCE)
Pour définir l’état chimique de la rivière a été réalisée à l’aval de notre territoire sur Le Croult (veine d’eau et sédiments), en amont de sa confluence avec La Morée, le 3 juillet 2012.
  • En sus, plus de 400 molécules phytosanitaires ont été recherchées conformément à celles figurant dans le réseau de surveillance de la DIREN Ile-de-France (2004 – 2005) sur 3 points (2 points en amont de chaque bassin versant plus le point à l’aval du territoire où sont recherchées les substances DCE).
La recherche est réalisée sur la veine d’eau et les sédiments. Parmi ces molécules phytosanitaires recherchées, on trouve des herbicides, des insecticides, des  fongicides et des métabolites (molécules issues de la dégradation de substances actives comme l’AMPA qui est le métabolite du Glyphosate, la molécule active du Roundup).

Type d’altération

Paramètres mesurés

Source et incidence sur le milieu aquatique

Altération Matières Organiques et Oxydables
Oxygène dissous, Taux de saturation en O2, DBO5, DCO, Carbone organique, NH4+ et NTK La matière organique présente dans l’eau provient de diverses sources : les rejets domestiques et urbains, les rejets industriels et agricoles. La dégradation de la matière organique consomme de l’oxygène et peut être à l’origine d’une altération profonde de la composition biologique de l’écosystème aquatique.
Altération Matières azotées
 NH4+, NTK et NO2- L’origine des matières azotées dans les cours d’eau est multiple : les origines naturelles (lessivage des sols), les origines anthropiques (eaux usées urbaines, rejets industriels, engrais). Cette pollution accompagne généralement la pollution par les matières organiques et oxydables et tend à évoluer dans le même sens.
Altération Nitrates
 NO3- La présence de nitrates dans l’eau est essentiellement due à l’agriculture. Elle a également pour origine la dégradation des matières organiques, qu’elles soient naturelles ou anthropiques.
Altération Matières Phosphorées
Phosphore total et orthophosphates Les perturbations du cycle du phosphore ont comme principales origines les engrais, le métabolisme humain et animal et les lessives. En quantité excessive dans les rivières, il peut provoquer une croissance exagérée des végétaux.

Le site Internet utilise des cookies et traites certaines de vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.