Nos engagements
environnementaux

Historique

Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, la situation de l’Est de l’actuel Val d’Oise, victime de nombreuses inondations catastrophiques ainsi que de l’absence de système d’assainissement, a entraîné une mobilisation intercommunale traduisant une volonté politique commune d’améliorer la gestion de l’eau dans cette région. Cette impulsion a donné naissance au Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Hydraulique des vallées du Croult et du Petit Rosne, du nom des deux principaux cours d’eau concernés.

Le SIAH Croult et Petit Rosne se constitua ainsi autour de deux missions essentielles

Lutte contre les pollutions aux cours d’eau et lutte contre les inondations, missions qui conditionnent aujourd’hui la politique environnementale du SIAH et en définissent les activités. Ce sont, en premier lieu, les 13 communes d’Arnouville, Bonneuil-en-France, Domont, Ecouen, Ezanville, Garges-lès-Gonesse, Gonesse, Goussainville, Le Thillay, Louvres, Saint-Brice-sous-Forêt, Sarcelles et Villiers-le-Bel qui en s’unissant, furent à l’origine du SIAH.

Progressivement, d’autres communes vinrent enrichir cette mobilisation

Moisselles, en 1948, la commune de Fontenay-en-Parisis, puis dans les années soixante c’est au tour de Vémars, Attainville, Baillet-en-France, Bouffémont, Montsoult et Piscop. Les premières actions du SIAH se concrétisèrent par une prise en main de l’entretien des cours d’eau dont le mauvais état et l’absence de gestion favorisaient les inondations.

Les premières installations

Dans le même temps, les premiers collecteurs intercommunaux furent installés, embryons d’un système d’assainissement des eaux usées qui jusqu’à présent polluaient gravement le milieu naturel. D’ailleurs, le Croult et le Petit Rosne avaient subi de telles dégradations que les deux cours d’eau furent canalisés « en sous-sol » dans les agglomérations pour éviter les nuisances et les risques sanitaires.
Le développement continu des communes nécessite l’adaptation des infrastructures urbaines liées à l’eau tant en ce qui concerne les eaux usées que les eaux pluviales. Au tournant des années 70, le SIAH Croult et Petit Rosne entreprend le doublement des collecteurs d’eaux usées pour faire face à la forte urbanisation. En 1972, une série d’orages violents provoque des inondations catastrophiques sur la région, touchant durement les villes d’Ecouen, d’Ezanville et de Fontenay-en-Parisis.
Pour endiguer le phénomène, les premiers bassins de retenue sont construits : “le Bois Bleu” à Ecouen, “les Bourguignons” à Ezanville et “le Fossé Gallais” à Fontenay-en-Parisis. Ce sont les premiers d’une longue liste.L’urbanisation et le développement économique de l’Est du Val d’Oise, par l’augmentation des surfaces imperméables, impactent alors considérablement sur les risques d’inondations.

Rue de vaux à Ezanville en 1949

Des actions politiques

Au fil des ans, le syndicat du Croult et du Petit Rosne devra enchaîner les aménagements hydrauliques pour compenser cette évolution. Mais les solutions ne sont pas que techniques.
Le Syndicat s’engage dans une politique de maîtrise des ruissellements, imposant à tout constructeur de lotissements, de groupes de logements, de parcs industriels, l’obligation de limiter le ruissellement à 0,7 litre par seconde et par hectare. Durant les années 80, trois autres communes se joignent au SIAH Croult et Petit Rosne : Montmorency, Roissy-en-France et Vaud’herland.
En 1985, c’est au tour de Puiseux-en-France tandis que 1986 voit l’adhésion de Villaines-sous-Bois. Villeron adhère en 1991.Le premier collecteur intercommunal d’eaux usées est alors doublé par un ouvrage beaucoup plus conséquent qui permet la desserte de la totalité des communes.

Une station de dépollution des eaux usées

Alors que les eaux étaient jusqu’alors dirigées vers la station d’épuration d’Achères, le Syndicat décide de construire une usine de traitement à Bonneuil-en-France pour soulager Achères tout en rejetant au milieu naturel un effluent de bonne qualité.
La station de dépollution est mise en service en septembre 1995, les travaux ayant commencé en avril 1993. Dans la même période, six communes rejoignent le syndicat : Andilly, Bouqueval, Chennevières-lès-Louvres, Epiais-lès-Louvres, Mareil-en-France et le Plessis-Gassot. Les dernières adhésions, enregistrées en 2001 et en 2003 sont celles de la commune de Saint-Witz et du Mesnil-Aubry qui portent alors le nombre total de communes adhérentes à 35.

Un syndicat mixte

En 2009 enfin, la Communauté d’Agglomération de la Vallée de Montmorency, devenue la Communauté d’Agglomération Plaine Vallée en 2016, se substitue aux communes de Montmorency et d’Andilly, transformant de fait le SIAH en syndicat mixte.

Quartier de la Gare, Ecouen 1949