un espace écologique inédit dans le Val d’Oise Zone d’expansion de crue du Vignois : www.lastationdusiah.fr La station de dépollution des eaux usées s’agrandit : Le SIAH partenaire du programme "Abeille, sentinelle de l'environnement®" Réduction du risque "Inondation" 1.600.000m3 de retenue d'eaux pluviales Plus de 30 bassins de rétention répartis sur le territoire
Nos engagements
environnementaux

Bassin « Le Bois du Coudray » et bassin « des Hirondelles »

Définition

Les bassins de rétention des eaux pluviales sont des cuvettes aménagées servant de zones tampons en cas de forte intempérie. Ces ouvrages hydrauliques, à ciel ouvert, sont disposés de façon stratégique sur les vallées du Croult et du Petit Rosne. La plupart d’entre eux ont une apparence champêtre et sont considérés comme de petites réserves de biodiversité.

Fonctionnement hydraulique

Ces bassins de retenue d’une capacité de 52 500 m3 et présentant une surface de 2,5 hectares, régulent le débit des eaux de ruissellement d’une partie du bassin versant du Croult. Ces deux ouvrages se présentent sous la forme de bassin de type sec enherbé et jouent un rôle de protection vis-à-vis des écoulements superficiels à l’amont immédiat des secteurs urbanisés de la commune de Louvres.
Ces ouvrages sont dimensionnés pour une pluie de période de retour de pluie 50 ans.

Historique

Les communes de Puiseux-en-France et de Louvres sont situées dans la vallée du Croult. L’urbanisation croissante du bassin versant a conduit à une imperméabilisation progressive du sol. Les possibilités d’infiltration des eaux pluviales ont alors diminué et la quantité d’eau de ruissellement a augmenté, si bien que lors de fortes pluies, des inondations étaient possibles. Afin de réduire ce phénomène, les bassins du Bois Coudray et des Hirondelles ont été créés en 2011.

Faune et Flore

Les bassins se caractérisent par la présence d’espèces communes tant dans la flore que dans la faune. Graminées, fleurs des champs, Alouettes des champs, Pouillots Véloces sont tout autant d’espèces qui viennent composer cet écosystème. Il est à noter que la préservation des espèces communes est un enjeu important. En effet, à trop se concentrer sur les espèces menacées, les espèces communes sont délaissées et deviennent malheureusement également des espèces en danger.

L’entretien

L’entretien de la digue se limite à une fauche par an. En effet, les bassins étant également des espaces écologiques susceptibles de favoriser un développement de la biodiversité, les tontes à ras sont incompatibles avec celle-ci. Ainsi c’est par le développement contrôlé de la flore que le bon état écologique du site et des cours d’eaux pourra s’exprimer. Cette fauche annuelle permet également de limiter considérablement les coûts.

Le Bois du Coudray

Hirondelles