un espace écologique inédit dans le Val d’Oise Zone d’expansion de crue du Vignois : www.lastationdusiah.fr La station de dépollution des eaux usées s’agrandit : Le SIAH partenaire du programme "Abeille, sentinelle de l'environnement®" Réduction du risque "Inondation" 1.600.000m3 de retenue d'eaux pluviales Plus de 30 bassins de rétention répartis sur le territoire
Nos engagements
environnementaux

Bassin « Clos de la Charrière »

Définition

Les bassins de rétention des eaux pluviales sont des cuvettes aménagées servant de zone tampon en cas de forte intempérie. Ces ouvrages hydrauliques à ciel ouvert sont disposés de façon stratégique sur les vallées du Croult et du Petit Rosne. La plupart d’entre eux ont une apparence champêtre et sont considérés comme de petites réserves de biodiversité.

Historique

La commune de Bouffémont est située dans la vallée du Petit Rosne. Le bassin du Clos de la Charnière a été implanté dans une cuvette topographique (dépression naturelle du sol). Lors de fortes pluies, le secteur était régulièrement touché par des inondations, en particulier en partie basse de la rue François Mitterrand. Les eaux s’écoulaient alors dans le ru des Quarante Sous, sur une portion très fortement érodée du fait de la consistance des sols et de l’arrivée massive d’eaux de ruissellement.

Fonctionnement hydraulique

Les bassins sont munis de plusieurs dispositifs dont une vanne hydraulique permettant de réguler les eaux en sortie de bassin. Lors de fortes pluies, les eaux pluviales s’accumulent dans le bassin permettant à la rivière en sortie de garder un niveau acceptable et ainsi de minimiser les risques de débordement à l’aval du bassin et de limiter les phénomènes d’érosion des berges.

Flore

En fond de bassin, des roseaux plantés à l’entrée et en sortie du bassin assurent le rôle de filtre grâce à la capacité épuratoire de cette plante.
On trouve également de nombreux végétaux typiques des prairies comme par exemple le chiendent pied-de-poule (cynodon dactylon), le pâturin des prés (poa pratensis), le brome inerme (bromus inermis). Plusieurs espèces d’arbres ont également été plantées.

L’entretien

L’entretien se limite à une fauche par an. En effet, les bassins étant également des espaces écologiques susceptibles d’apporter un développement de la biodiversité, les tontes à ras sont incompatibles avec celle-ci. Un véritable poumon vert ne peut ressembler à un jardin à la française ou à un terrain de golf. Ainsi c’est par le développement contrôler de la flore que le bon état écologique du site et des cours d’eaux pourra s’exprimer. Cette fauche annuelle permet également de limiter considérablement les coûts.